Citations diverses sur le thème de la vaccination

mardi 14 septembre 2010
par  administrateur
popularité : 5%

- Jean ELMIGER

« Le mal français tient en trois lettres : le BCG.
Ne riez pas ! Ce n’est pas une boutade ; je n’ai jamais été aussi sérieux. Le BCG est le vaccin que la France s’enorgueillit d’avoir inventé pour protéger l’humanité de la tuberculose. Hélas, la glorieuse invention n’est qu’un leurre, un attrape-nigaud, un cadeau empoisonné...

... Et d’abord, que signifient ces trois lettres ?

B veut dire bacille ; C et G les initiales de deux inventeurs du vaccin. Je ne vous donne pas leurs noms. Exprès. Qu’ils soient oubliés à jamais, effacés... Ils ont trop fait mal en France tout entière et à tant d’autres peuples.

Ils étaient dans les années vingt employés de l’Institut Pasteur de Paris. C., sous- directeur, médecin sans clientèle et chercheur fantaisiste, a consacré sa vie à diffuser son poison. G., son acolyte, vétérinaire sans pratique, a joué un rôle plus effacé.

L’essentiel de leurs travaux est résumé dans un livre de propagande intitulé « La vaccination préventive contre la tuberculose par le BCG ». Les quelques pages que j’ai retenues sont édifiantes à souhait. L’esprit scientifique y est bafoué, et même la simple logique et le bon sens... Le lancement du BCG est un modèle de gangstérisme économique, une gigantesque et malhonnête opération commerciale. Rien ne manque au scénario : un inventeur farfelu, des expériences de laboratoire truquées, un vernis pseudo-scientifique, des statistiques tronquées, une publicité éhontée, l’appui acheté des mandarins, et, suprême astuce la gratuité du produit... financé par le contribuable... » (Dr Jean ELMIGER, La médecine retrouvée, éd. LEA, p. 127)

- Georges Bernard SHAW

« Pendant la dernière épidémie importante à la fin du siècle, j’étais membre du Comité de Santé de la cité de Londres, et j’ai ainsi appris comment les statistiques préservaient la bonne réputation de la vaccination, en diagnostiquant tous les cas comme des eczémas, des éruptions varioloïdes et bien d’autres maladies, mais surtout pas la variole. »

- L’OMS

« Le public devrait être pleinement informé des dangers éventuels et des limites des programmes de vaccination. L’une des raisons de renseigner ainsi le public est qu’autrement il perdrait tôt ou tard confiance en la vaccination. Toutefois il faut agir avec tact. On devrait éviter de trop insister sur les risques de la vaccination, mais il faudrait néanmoins indiquer quels sont les dangers réels de la maladie en cause. » [1]


[1OMS, Conférence technique européenne sur la lutte contre les maladies infectieuses par des programmes de vaccination, Rapport technique 1960, n° 198,



Navigation

Articles de la rubrique

  • Citations diverses sur le thème de la vaccination

Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois